Jonathan Anguelov, COO d'Aircall : "Nous assistons à l'avènement de l'outil omnicanal"

Aircall, Startup française qui développe une solution de téléphonie cloud pour les PME, vient de lever 60,2 millions d'euros en série C pour continuer sa croissance. Zetoolbox Magazine s'est entretenu avec son cofondateur et COO, Jonathan Anguelov.

Quels changements avez-vous observé chez vos clients pendant la crise  ?

Nous avons pu remarquer que nos clients ont tous paniqué pendant la crise. Il y a eu une recherche d'économie, de réduction des coûts. Nous avons également observé beaucoup de résilience chez nos clients, avec une volonté de transformer cette crise en opportunité, notamment quand il s'agissait d'offrir des services à des associations ou des entreprises en première ligne. Il y a eu de nombreux gestes de solidarité.

Ce qui nous a impressionnés, c'est la vitesse à laquelle les entreprises se sont adaptées au télétravail. Nous n'avons pas enregistré de baisse de régime significative au niveau du flux d'appel chez nos clients, comme si les collaborateurs avaient un désir collectif de soutenir l'entreprise coûte que coûte.

La crise a-t-elle généré pour vous une augmentation de vos ventes ?

En effet, nous avons noté un intérêt croissant pour nos services. Beaucoup de nouvelles entreprises nous ont contacté pour mettre en place des services de téléphonie afin de pouvoir répondre aux besoins internes et externes. Il y a eu clairement une augmentation des ventes durant les mois de confinement.

La crise a accéléré l'adoption d'outils tels que Aircall, qui propose des solutions de téléphonie Cloud. Nous avons réalisé, pendant le mois de mars et le mois d'avril, nos meilleures ventes de tous les temps. Nous parlons d'une augmentation mensuelle 2 à 3 fois plus importante par rapport à ce que nous percevons en moyenne.

Parallèlement, la baisse d'activités chez certains de nos clients a également eu un impact sur notre chiffre d'affaires. Un bon nombre d'entre eux ont souffert de cette crise et ont été contraints de chercher à faire des économies par tous les moyens.

Quelles sont les fonctionnalités que recherchent vos nouveaux clients ?

Nos nouveaux clients recherchent de nouvelles fonctionnalités qui puissent aider leurs équipes à s'adapter à ce nouvel environnement dans lequel ils doivent opérer. Les entreprises sont également conscientes qu'avec le travail à distance, elles doivent maintenir un bon niveau d'engagement et éviter toute chute de productivité. Il est donc encore plus important pour eux de pouvoir écouter les appels en direct mais aussi de pouvoir les enregistrer pour que les retranscriptions puissent être analysées ultérieurement. Le fait que notre solution puisse se connecter aux outils métiers existants est un avantage déterminant qui permet une mise en place rapide. Je pense qu'aujourd'hui, la plupart des entreprises se sont rendu compte de l'importance de l'omnicanal. C'est ce qui permet que l'intégralité des informations récoltées sur les actions en cours soient transmises à leurs outils métiers.

Qui sont vos nouveaux clients et dans quels secteurs opèrent-ils ?

Ce sont, pour la plupart, des PME et des ETI qui appartiennent à des secteurs assez traditionnels. Ces entreprises ont dû s'adapter rapidement et mettre en place de nouvelles solutions afin de s'adapter à la situation. Il y a eu aussi des entreprises technologiques, évidemment. Ces entreprises prenaient parfois 6 mois à 1 an pour prendre une décision avant la crise, ce processus s'est considérablement accéléré à cause du confinement.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises traditionnelles qui doivent se digitaliser ?

Il faut avancer le plus vite possible. Les outils apportent de la valeur ajoutée. Aussi, je pense qu'il faut se rendre à l'évidence : on ne peut retarder l'inévitable sans que le changement ne bouleverse davantage l'entreprise. Les nouveaux systèmes d'information deviennent de plus en plus sophistiqués et il faut faire le grand saut.

Comment se digitaliser rapidement ?

Il faut réussir à mobiliser des compétences en interne. L'idéal est d'avoir une personne en charge de la digitalisation, qui puisse veiller à ce que les projets avancent bien. Il faut s'assurer que tout le monde soit impliqué dans la démarche, puisse comprendre le besoin d'informatiser ainsi que le choix des nouveaux systèmes à implémenter. C'est important d'avoir une gestion du projet de digitalisation, cette gestion passe avant tout par une bonne coordination entre les équipes tout au long du déploiement.

En chiffres :

Date de création : 2014
Nombre d'employés : 300
Nombre de clients : 5,000
Somme totale levée : 100 millions d'euros